Pelosi reçoit la communion au Vatican, malgré le refus de son archevêque d’origine : RADIO NATIONALE PUBLIQUE:


Le pape François accueille mercredi la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, D-Californie, et son mari, Paul, avant de célébrer une messe en la solennité des saints Pierre et Paul à Saint-Pétersbourg. Basilique Saint-Pierre au Vatican. Pelosi a reçu la communion pendant la messe papale, ont déclaré des témoins, malgré sa position en faveur du droit à l’avortement.

Médias du Vatican via AP :


masquer la légende :

basculer la légende :

Médias du Vatican via AP :


Le pape François accueille mercredi la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, D-Californie, et son mari, Paul, avant de célébrer une messe en la solennité des saints Pierre et Paul à Saint-Pétersbourg. Basilique Saint-Pierre au Vatican. Pelosi a reçu la communion pendant la messe papale, ont déclaré des témoins, malgré sa position en faveur du droit à l’avortement.

Médias du Vatican via AP :

ROME – La présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, a rencontré le pape François mercredi et a reçu la communion lors d’une messe papale à Saint-Pétersbourg. Basilique Saint-Pierre, ont déclaré des témoins, malgré sa position en faveur du droit à l’avortement.

Pelosi a assisté à la messe du matin marquant les fêtes de St. Pierre et St. Paul, au cours de laquelle François a accordé l’étole de pallium de laine aux archevêques nouvellement consacrés. Elle était assise dans une section diplomatique VIP de la basilique et a reçu la communion avec le reste des fidèles, selon deux personnes qui ont été témoins du moment.

L’archevêque de la maison de Pelosi, l’archevêque de San Francisco Salvatore Cordileone, a déclaré qu’il ne lui permettrait plus de recevoir le sacrement dans son archidiocèse en raison de son soutien au droit à l’avortement. Cordileone, une conservatrice, a déclaré que Pelosi devait soit répudier son soutien à l’avortement, soit cesser de parler publiquement de sa foi catholique.

Pelosi n’a fait ni l’un ni l’autre. Elle: a qualifié la récente décision de la Cour suprême : supprimer les protections constitutionnelles pour l’avortement, une décision “scandaleuse et déchirante” qui remplit “l’objectif sombre et extrême du Parti républicain de priver les femmes du droit de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive”.

Et elle a parlé ouvertement et en connaissance de cause de la foi catholique, notamment lors d’une réception diplomatique à la résidence de l’ambassade des États-Unis auprès du Saint-Siège mardi soir marquant le jour de l’indépendance.

S’adressant à une foule d’ambassadeurs, de fonctionnaires du Vatican et d’autres Américains basés à Rome, Pelosi a parlé des vertus catholiques de la foi, de l’espoir et de la charité et du rôle important qu’elles jouent dans la mission de l’ambassade des États-Unis.

“La foi est un don important, tout le monde ne l’a pas mais c’est le chemin vers tant d’autres choses”, a-t-elle déclaré à la foule.

Pelosi a rencontré François mercredi avant la messe et a reçu une bénédiction, selon l’un des participants à la messe.

Après la messe, Pelosi a rendu visite à la Communauté Sant’Egidio, une organisation caritative catholique proche de François, où elle a rencontré des réfugiés aidés par le groupe. Lors d’un événement pour récompenser l’organisme de bienfaisance d’un financement de 25 000 $ du Département d’État, Pelosi a cité St. François d’Assise sur la nécessité de prêcher l’Evangile avec des actions, pas seulement des mots.

“Nous avons eu le plaisir d’assister à la messe ce matin avec Sa Sainteté et de nombreux dirigeants de l’église”, a déclaré Pelosi. “Dans l’esprit de saint François, qui est le nom de Sa Sainteté et de ma ville de San Francisco, je vous remercie de prêcher l’Évangile, parfois en utilisant des mots.”

Alors que François a présidé la messe, il n’a pas distribué la communion lui-même et Pelosi a reçu le sacrement de l’un des nombreux prêtres qui l’ont distribué. Depuis qu’il était archevêque de Buenos Aires, François a rarement distribué la communion, précisément pour éviter que le sacrement ne se politise.

L’année dernière, le président Joe Biden, un autre catholique qui soutient également le droit à l’avortement, a déclaré après avoir rencontré François que le pontife lui avait dit de continuer à recevoir le sacrement. Biden : reçu plus tard la Communion : lors d’une messe dans une église de Rome sous l’autorité de François en tant qu’évêque de Rome.

La participation de Pelosi au sacrement à l’intérieur du Vatican lors d’une messe présidée par le pape était encore plus significative et un signe de la réticence de François à refuser la communion. François a décrit l’Eucharistie comme “pas un prix pour les parfaits mais un puissant médicament et une nourriture pour les faibles”.

Interrogé sur certains évêques américains qui voulaient refuser le sacrement à Biden, François a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse aérienne en septembre que les prêtres ne doivent pas être des politiciens : et condamner leur troupeau mais doivent être des pasteurs qui accompagnent les fidèles avec tendresse et compassion.

Le Vatican n’a pas statué sur la question spécifique de la Communion et des politiciens soutenant l’avortement dans un document d’enseignement majeur, bien que le droit canonique interne de l’Église stipule que les personnes en situation de péché persistant ne devraient pas être autorisées à recevoir la Communion. Il a également publié des lignes directrices sur le comportement des catholiques dans la vie politique, les exhortant à respecter les principes conformes à la doctrine de l’Église.

Le chef du bureau de la doctrine du Vatican à l’époque, le cardinal Joseph Ratzinger – le futur pape Benoît XVI – a déclaré aux évêques américains en 2004 que les prêtres “doivent” refuser le sacrement si un politicien va recevoir la communion malgré une “persistance obstinée dans un péché grave manifeste, “y compris le péché de faire constamment campagne pour des lois permissives sur l’avortement.

Ratzinger a écrit une lettre confidentielle décrivant les principes aux évêques américains en réponse à leur question de savoir s’il fallait refuser la communion à John Kerry, qui était le candidat démocrate à la présidence. En fin de compte, les évêques ont ignoré les conseils de Ratzinger et ont voté à la place pour la politique actuellement en place permettant aux évêques de décider eux-mêmes de la retenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.